fbpx

Une fléau pour nos épinettes à Sainte-Adèle

dans Nouvelles récentes

L’épidémie tordeuse des bourgeons de l’épinette demeurait une menace à l’industrie québécoise du bois d’œuvre et, par conséquent, aux approvisionnements des scieries et des papetières. La Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) avait renoncé au début de mai à la lutte au redoutable insecte dans les quatre régions, en expliquant qu’il était rendu impossible par les mesures gouvernementales mises en place en contexte de crise de la COVID-19.

Finalement, l’épandage a eu lieu sur 111 500 hectares de forêt plutôt que les 665 000 hectares initialement prévus.  Il est à noter que la Ville de Sainte-Adèle a fait des épandages à grand frais dans le passé, mais la tordeuse continue de se propager.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette, Choristoneura fumiferana (Clemens), est l’insecte le plus destructeur des peuplements de conifères de l’Amérique du Nord (photo 1). On trouve ce défoliateur indigène dans toutes les provinces canadiennes, de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve. Au Québec, la tordeuse des bourgeons de l’épinette consomme principalement le feuillage annuel du sapin baumier

Le cycle de vie de cet insecte défoliateur se déroule en une seule année (figure 1). Il compte un stade œuf, six stades larvaires, un stade chrysalide et un stade adulte, celui du papillon. À son deuxième stade larvaire, la tordeuse des bourgeons de l’épinette passe l’hiver dans un petit cocon de soie, appelé hibernaculum, tissé dans les crevasses de l’écorce, les écailles des bourgeons, les lichens corticoles ou les cupules des fleurs de ses hôtes.

 

Cycle de vie de la Tordeuse de l’épinette

L’effet le plus spectaculaire d’une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette est sans doute le nombre d’arbres morts dans les vieilles sapinières. Les peuplements qui leur succèdent renferment un très grand nombre de sapins et, parfois, de bouleaux à papier. Dans les jeunes peuplements très denses, des défoliations répétées provoquent la mort d’un pourcentage plus ou moins élevé d’arbres. Les sujets les moins résistants meurent les premiers. S’il n’y a pas de défoliation, ce processus d’éclaircie a lieu de toute façon, mais il s’étalera sur une plus longue période. Tous les arbres qui subissent une défoliation de 20 % et plus affichent un taux de croissance annuel moindre. Ce fléchissement, qui peut persister pendant quelques années, se traduit inévitablement par des pertes de volumes.

Gestion des épidémies
En 1994, le Québec adoptait une stratégie de protection des forêts dans laquelle il proposait certaines approches pour contrer les effets négatifs des épidémies de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Ces approches sont basées sur la connaissance que l’on a de cet insecte, de ses hôtes et du milieu forestier. Avant l’adoption de cette stratégie, on déployait des moyens de lutte directe et l’on s’efforçait de récupérer les bois atteints. Depuis, on tente surtout de prévenir les impacts négatifs des épidémies, dont les pertes de bois. Les mesures de prévention doivent désormais être intégrées à l’aménagement forestier, et ce, dès la planification. Pour être efficaces, elles doivent tenir compte de la dynamique des peuplements et des populations d’insectes.

Quelques faits saillants: 

  • Les arbres meurent généralement après quatre ou cinq années consécutives de perte grave de la totalité ou de la plupart des feuilles.
  • Des infestations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont lieu tous les 30 à 40 ans.
  • Au cours d’une infestation, des dizaines de millions d’hectares (ha) d’arbres peuvent être sévèrement défoliés. Une infestation peut durer plusieurs années
  • À la phase adulte, le papillon nocturne s’accouple et dépose ses œufs par groupement de 10 à 150 sur les aiguilles de l’arbre hôte, soit en juillet en août.

On espère bien que cet insecte ne fera pas trop de ravages à notre si beau paysage….

 

Autres articles à lire: 

Tordeuse de l’épinette: pulvérisation réduite dans quatre régions

 

Sources: 

Ministère des Forêts, de la faune et des parcs 

Site du Gouvernement du Canada

Fédération des producteurs forestiers

Latest from Nouvelles récentes

Aller à Haut